OUTILS ANCIENS - ART POPULAIRE Forum Index

OUTILS ANCIENS - ART POPULAIRE
Forum de discussion pour tous et toutes les passionné(e)s de l'art populaire et notamment des outils anciens.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe

 
Post new topic   Reply to topic    OUTILS ANCIENS - ART POPULAIRE Forum Index -> OUTILS ANCIENS -> PUBLICITE ! -> COMPTES-RENDUS de VISITES (Musées, salons, brocantes,...)
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Catherine
Guest

Offline




PostPosted: 04/12/2011 14:04:30    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Les signes lapidaires dans les églises du Vaucluse au XIIe siècle  par Jacques MOURARET et J. DEGOUT
 
Une conférence qui remet à  sa place  la  terminologies mal employée: "marques de tâcherons".
Jacques MOURARET, archéologue éminent  (découverte des jardins romains de Caumont-sur-Durance, entre autre) a bien précisé que le terme de « tâcheron »  employé très souvent  n’avait aucun sens dans ce cas. Au XIIe siècle le tâcheron n’avait pas les compétences pour graver ces signes qui sont souvent de véritables chefs-d’œuvre.
Les deux archéologues ont visité 313 églises et chapelles du Vaucluse , du XIIe siècle, âge d'or des signes lapidaires et ont relevé plus de 16.900 signes en une dizaine d’années de prospection.
La marque lapidaire existe depuis la haute Antiquité, les égyptiens marquaient leurs pierres, ce sont des marques de carriers et ces signes n’ont pas les mêmes significations qu’à l’époque médiévale.
Pour la période qui nous intéresse il y a plusieurs significations possibles. C’est une attestation de prise de responsabilité, au début un signe identitaire mais ensuite il est impossible que ce soit le même tailleur de pierre (rares à cette époque) qui ait laissé sa marque à plusieurs années d’intervalles et dans des lieux différents. Peut être un atelier réputé?
D' autre part les corporations n’existent pas en Provence et France du Sud à cette époque contrairement aux pays du Nord. Pas plus question de parler de "compagnons"!  
         La nature de ces signes est  à 95%, spécificité provençale, des lettres à l’esthétique très soignée. Ils peuvent désigner une personne comme "Stefanus" ou "Poncius". Il y a les marques impersonnelles, les signes aléatoires et les marques locales dont la facture est plus  négligée que celle des lettres.
         Les dimensions sont le plus souvent de 15 cm toutefois un "R" de 26 cm est le record remarqué. Les plus petits signes sont une série de "T" de 6 cm. (peut être des marques pour la confrérie commanditaire).
Un très beau "R" relevé au portail de l’église de Revest-du-Bion fait penser à l'épigraphie latine,  imitation  spéciale à la Provence car une multitude d’exemples du monde romain sont à la disposition de tous d’une part et le grès très tendre se prête aux incisions.
(Toutefois on peut noter au passage les beaux signes lapidaires sur de la pierre très dure de la basilique Notre-Dame d' Orcival que je conseille à tous de visiter lors de leur prochain passage à Saint-Nectaire...Une des cinq "Majeures" de Basse-Auvergne.)
         La répartition des signes est inégale et souvent incompréhensible (sauf quand on connait précisément les différentes phases des chantiers de construction). Dans les travées de chœur, sur le porche d'entrée, sur un arc (Bonnieux) on voit  la récapitulation de tous les signes inscrits dans l’église. A Bollène on trouve un "R" au piédroit du mur occidental (le dernier mur) qui indique la clôture solennelle du chantier.
L’alphabet est souvent gravé intégralement, si une lettre est oubliée car le tailleur de pierre ne "sait" pas bien,  on peut trouver   un repentir, la lettre oubliée est ajoutée au dessus ou à la fin.
Pourquoi ces alphabets? Pour apprendre à lire...l’approche n’est pas très scientifique!
Sans doute des alphabets de consécration. C'est plus plausible!!!!
Dans la liturgie ambrosienne il existe un double rituel pour la dédicace des églises, baptismal et funéraire. Au baptismal se rattache la cérémonie de l’alphabet...On trace l’alphabet sur la cendre, on chante le psaume BXV(T), on dit des oraisons...
 Il existe une relation étroite entre marques durables et éphémères dans le bâtiment lors de sa consécration.
-Tracé sur le sol de la nef (ou à l' entrée de l'édifice) des alphabets grec et latin ou encore des signes éphémères en forme de croix à l'intérieur (autel et murs).
-S' ajoutent à cela les croix sculptée (portail de Vaison) pour conserver un "souvenir" durable de la cérémonie. 
Dans le cas de l’église de Beaumont du Ventoux un triple alphabet est gravé  sur les murs extérieurs du bâtiment, sur la même assise, en partant de la porte méridionale et en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Cet alphabet circulaire a une valeur commémorative dans la mesure où il évoque le triple circuit effectué par l’évêque lors de l’aspersion des murs extérieurs de l’église, mais on peut le lire également comme un moyen de souligner les fonctions symboliques de l’édifice en rappelant qu’il est le lieu à partir duquel s’articule l’intellection verbale du monde.


Le graphisme des signes va du  plus simple au plus élaboré. A commencer par l’alphabet où la lettre "A" est représentée 1848 fois par rapport au "B" 556 fois.
La lettre "G" en spirale est représentée 391 fois à Vaison la Romaine. Les "J" et "K" sont assez rares.
A l’abbaye de Sénanque on a remarque des "Q" qui pourraient faire penser à des "2". Ces lettres sont identifiées comme tel car on en a trouvé des exemples sur des dalles funéraires.
A Vaison et à Sénanque on trouve des lettres "orphelines" utilisées une seule fois...un tailleur de pierre de passage ?


Pour clôturer le tout une belle série de fils à plomb et de haches… outils essentiels pour les tailleurs de pierre.
Je vais à la recherche de quelques informations supplémentaires au sujet de ces deux outils...




Catherine


Last edited by Catherine on 05/12/2011 10:37:41; edited 1 time in total
Back to top
Publicité






PostPosted: 04/12/2011 14:04:30    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Gilles


Offline

Joined: 17 Mar 2007
Posts: 2,332
Localisation: Québec

PostPosted: 05/12/2011 01:38:24    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Merci Catherine pour ces textes de fond qu'on doit relire à quelques reprises pour essayer d'en saisir l'essentiel,
nous qui sommes habitués à naviguer quotidiennement au niveau de la chine du patelin du voisin.


Pas facile de conclure sur les marques de tâcherons ... mais ça nous met en appétit.
Suite à cette présentation, quelle serait la meilleure hypothèse actuelle pour l'interprétation des marques de tâcherons?


"Pour clôturer le tout une belle série de fils à plomb et de haches… outils essentiels pour les tailleurs de pierre."
Au nom du timide Michel (?...) peux-tu élaborer?
Merci Catherine pour cette stimulante contribution de classe,
Gilles
Back to top
Catherine
Guest

Offline




PostPosted: 05/12/2011 10:09:01    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Bonjour Gilles,
Comme c' est étrange....je commençais mon petit mot sur l' emploi du terme de "tâcheron" qui n' est absolument pas approprié dans ce cas précis des marques du XIIe siècle.
Plusieurs hypothèses sont émises en fonction des chercheurs qui les avancent ...
-marque personnelle, attestation, prise de responsabilité
-marque du "chef" de l' atelier qui oeuvre sur le chantier
-marque d' atelier, plusieurs personnes derrière la même lettre
-tailleur de passage
-offrande à Dieu, ce que l' on oublie souvent certaines marques élaborées sont invisible à l'oeil nu car dans inscrites dans les coupoles ou dans des recoins inaccessibles immédiatement.
-marques de consécration assez souvent


Mais jamais marque de "tâcheron",on oublie que les tailleurs de pierres étaient rares quoi que l' on en dise,et que ce n' était pas des "tâcherons"!!!!!
 encore moins de compagnons ou de marques corporations (qui n' existent pas encore en Provence)


Je vais bien sur donner qq informations sur les fils à plomb et les haches.


Quant à la timidité de notre cher Michel...il est tout à fait capable de me demander des renseignements...ce qu'il ne se prive pas de faire, heureusement !!!!!
Et tu as oublié Philippe....car c' est aussi à lui que j' ai pensé.


Bonne journée
Catherine
Back to top
DEBOKOPO
Guest

Offline




PostPosted: 05/12/2011 11:47:05    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

L'auteur de ce site serait sûrement très heureux d'en savoir plus sur une période beaucoup plus ancienne que celle sur laquelle il s'est penché :

http://graffitis-et-empreintes.over-blog.fr/article-marques-de-tacherons-pr…
Back to top
Catherine
Guest

Offline




PostPosted: 20/12/2011 18:06:33    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Voici quelques compléments d'information quant aux marques lapidaires que l' on pourrait identifier comme  "fils à plomb" et "haches".
On   trouve ce type de signes  dans l'église paroissiale Notre-Dame-du-Lac au Thor et dans l' église abbatiale Notre-Dame de Sénanque. 


Les signes sont difficilement accessibles particulièrement à l'intérieur de l'église de Sénanque où des jumelles et une lampe torche sont nécessaire pour les débusquer sur de la molasse locale où elle sont gravées souvent très finement et sauf exception assez petites.
D' autre part il y a une desquamation intense en haut des murs et des voûtes
                      .
 
                   Relevé des marques par Jacques Mouraret, détail d'une fiche 

 
              
 

 
  Marque dans le choeur, église de Sénanque 

 
             
 
 

 
                 Eglise N-D de Sénanque   

 
Des marques sont visibles à l'intérieur et à l'extérieur de N-D-du-Lac où elles sont  patinées et souvent dégradées intensément.


                     
 

 
Détail d'une fiche de relevés N-D-du-Lac, Le Thor 

 
                   
 

 
                      Marque dans l'abside, église du Thor 

 
 L'  appellation de ces marques  comme "fil à plomb" ne garantit pas qu'il s'agisse de poids de fil à plomb. Aucun document écrit ne le précise. 
Cette marque pourrait être associée par analogie formelle à la linule.
Jacques Mouraret précise que l'appellation "doloire"-"hache de charpentier" lui a été donnée par Jean-Claude Bessac, LE spécialiste des outils de la taille des pierres. Pour lui, un tel outil, à l'époque, n' existe pas pour tailler les pierres.
Ne pas oublier que nous avons des informations données par des scientifiques qui heureusement ne laissent pas la place à des interprétations farfelues du style "pour ma part je pencherais pour..."
Back to top
Gilles


Offline

Joined: 17 Mar 2007
Posts: 2,332
Localisation: Québec

PostPosted: 20/12/2011 18:35:49    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Merci Catherine pour ces précieux documents.
Pour l'église du Thor et N-D-de-Sénanque, est-on encore au X11e?


Gilles
Back to top
Catherine
Guest

Offline




PostPosted: 20/12/2011 18:46:14    Post subject: les signes lapidaires dans les églises vauclusiennes du XIIe Reply with quote

Bien entendu !!!
Les fondations de Sénanque datent de 1148, le chevet et les absidioles de 1160, piliers et voûte de nef de 1180.
Quant au Thor la première église est de la fin du XIIe siècle et l'église "neuve" de 1202, (d' après une charte.)


Catherine
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    OUTILS ANCIENS - ART POPULAIRE Forum Index -> OUTILS ANCIENS -> PUBLICITE ! -> COMPTES-RENDUS de VISITES (Musées, salons, brocantes,...) All times are GMT + 2 Hours
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Forum hosting | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group